Wednesday, July 04, 2012

More silly nationalism

So this article talks about Anglophone and Allophone men marrying French Canadian women . It suggests this a bad thing because the children speak more English and the women are overwhelmed. Will the pq propose a law banning intermarriage? Will they have a commission to see how our laine you are?What petty tribal nonsense. Dans L'Actualité du 15 avril 2012, Jean-François Lisée rapporte une «augmentation fulgurante de la proportion d'Anglo-Québécois qui choisissent un francophone pour conjoint». Bien que mes souvenirs d'une communication donnée au congrès de l'Acfas en 1997 (reprise plus tard dans un article, p. 183-185) se soient estompés, cette affirmation m'a surpris. Le Bulletin de mariage du Québec montrait en 1980, 1981 et 1982, que 31% des hommes de langue maternelle anglaise avaient épousé des Québécoises d'une autre communauté linguistique. Dix ans plus tard (1990, 1991 et 1992), les données du Bulletin révélaient une légère hausse de l'exogamie des anglophones du Québec avec 34,2%. Les données du tableau suivant permettent de faire tous les calculs nécessaires à une nouvelle comparaison entre les années 1990-1992 et les trois dernières, soit 2009-2011. En 2009-2011, la proportion d'Anglo-Québécois qui ont épousé une femme n'ayant pas l'anglais pour langue maternelle s'élevait à 41,4%, pour une importante augmentation additionnelle de 7 points en près de 20 ans. En 1990-1992, 29,7% des Québécois de langues maternelles tierces (allophones) ont marié une femme de langue maternelle anglaise ou française. Déjà inférieure de plus de 4 points à celle des anglophones, l'exogamie des allophones a perdu quelques points en 2 décennies, glissant à 27,3% en 2009-2011. L'écart s'est donc accru de plus de 14 points entre anglophones et allophones. Quant aux francophones, mes calculs (ajustés pour tenir compte du fait que les majorités absolues ne peuvent atteindre une exogamie de 100%) donnent une proportion de 17,4% en 1990-1992 et de 23,9% en 2009-2011. L'exogamie des francophones en hausse, maintenant comparable à celle des allophones, ne peut cependant rivaliser avec celle des Anglo-Québécois. Ces derniers gardent donc le premier rang.

2 comments:

Pissedoff said...

So the blacks are pissed that their women might all start speaking white?

Anonymous said...

We should call up Louis XIV and have him send another boatload of "le fils de roi"...!

That should cure what ails them.

Cheers

Hans Rupprecht, Commander in Chief

1st Saint Nicolaas Army
Army Group “True North”

I Support Lord Black